Atelier Pleine Conscience

Atelier Pleine Conscience

Histoire

Les ateliers proposés autour de la pleine conscience sont nés de l’idée d’ouvrir au public et de donner à tous l’opportunité d’aller à la rencontre de ce qu’on entend partout : la mindfulness ou la pleine conscience. Dans ces ateliers, la pleine conscience proposée est telle qu’elle a été définie dans des contextes scientifiques et cliniques spécifiques de la MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy), MBRP (Mindfulness Based Relapse Prevention), MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction). Donc, dépourvue de tout enseignement religieux ou spirituel.

C’est quoi être en pleine conscience ?

Etre en pleine conscience, c’est être dans le moment présent. Pour cela, il s’agit d’apprendre, certains diraient qu’il s’agit d’un entraînement, à porter son attention sur ce qui se passe ou se présente en soi, tant au niveau du corps (sensations physiques, émotions) que du mental (pensées).

A quoi ça sert d’être en pleine conscience ?

A cette question, ma première envie est souvent de répondre : pourquoi devons-nous toujours faire des choses en ayant comme intérêt premier de savoir ce à quoi elles vont nous servir ? c’était la seconde philosophique.

Néanmoins pour vous répondre : être en pleine conscience permet de savoir observer ses réactions physiques, émotionnelles, et ses pensées, plutôt que d’être tout le temps happé par elles.

Quels sont les effets de la pleine conscience ?

Au niveau de la recherche, de nombreux articles scientifiques se bornent à démontrer les effets positifs de la pleine conscience. Au niveau individuel, le mieux reste encore d’en faire l’expérience personnelle ; paradoxalement, le but de la pratique n’est pas de rechercher ou d’obtenir un effet.

Pourquoi ouvrir ça au public ?

Après avoir découvert dans un cadre professionnel les programmes MBCT et MBRP, je me suis demandé : pourquoi ces programmes seraient-ils seulement proposés dans des contextes cliniques ? Clairement, l’essence même de ces programmes, la pleine conscience, pourrait très bien convenir à chacun et être une belle opportunité d’en apprendre plus sur soi. Est ainsi venue l’idée de faire découvrir la pleine conscience issue de ces programmes à ceux qui ne la connaissent pas.

Concrètement comment cela se passe-t-il ?

Pour l’heure, les ateliers ont été pensé en deux formats : groupe et individuel, avec des séances hebdomadaires. Faire du groupe présente des avantages que les sessions individuelles n’ont pas, et vice-versa. Les programmes des séances ont été pensé et construit de façon à proposer un choix assez large de pratique qui puisse convenir au mieux aux différentes expériences des participants. Plus d’information dans le descriptif des différents ateliers.

A qui les ateliers s’adressent-ils ? Quel niveau faut-il avoir ?

Il n’y a pas de « niveau » à avoir. Les différents types d’ateliers ont été construits pour convenir tant : aux curieux, aux débutants, à ceux et celles ayant déjà suivi un programme de pleine conscience, qu’à ceux ayant déjà une pratique régulière (plus ou moins soutenue) et qui souhaiteraient y introduire un peu de variation, pour une durée donnée. Vous êtes donc les bienvenus-es.

Y a-t-il des contre-indications qui feraient qu’il ne serait pas souhaitable de participer à ces ateliers ?

De nos jours, même faire du sport dans une salle peut comporter des contre-indications. Humour mis à part, il est toujours possible qu’il y en ait, indépendamment du fait que l’activité que vous découvrez puisse vous plaire ou pas.

C’est pourquoi, la procédure d’inscription commence systématiquement par un appel téléphonique dont nous convenons ensemble. Cet appel est confidentiel, gratuit et n’engage à rien. Il est l’occasion pour vous et pour moi, de faire connaissance de vive voix, d’échanger autour des ateliers, et de m’assurer avec vous que vous serez inscrit dans un atelier qui conviendrait le mieux à votre quotidien et votre vie actuelle.

Par ailleurs, si vous avez un avez un travail en cours avec un spécialiste (par exemple, un suivi complémentaire médical type psychothérapeute, psychiatre, etc.), et par respect pour le travail que vous avez déjà commencé avec cette personne, je vous demanderai de lui en faire part au préalable et de lui demander son avis. Si ce spécialiste avait des besoins de clarifications concernant les ateliers et leur déroulement, il pourrait sans autre s’informer en venant sur le site, ou plus directement, me contacter. Vous l’aurez compris, la base de la communication avec moi s’inscrit dans la confiance et le respect d’autrui.