Philosophie

Philosophie

Au cœur de l’humain : aller à la rencontre de soi,
pour aller à la rencontre des autres.

L’Homme a cela de merveilleux et de passionnant : la complexité de ce qui l’anime, de ce qui l’influence, de ce qu’il fait, de ce qu’il est. Selon les évènements de vie qu’il traverse, il peut s’abattre, stagner, se résigner. Mais il peut aussi endurer en décidant de se donner la possibilité de changer, s’adapter, se dépasser, se transcender. C’est cette diversité de réactions et d’adaptations qu’a l’être humain qui m’a amenée à m’intéresser à la psychologie. Plus précisément, la rencontre avec l’humain et le potentiel positif qu’a en soi chaque personne qui traverse orages et tempêtes de la vie.

Car l’humain a cela de fascinant et de désolant à la fois : sa propension à être capable du pire mais surtout… du meilleur. Or, si l’humain est capable du meilleur, cela vient principalement de sa capacité à se décentrer, accepter de se remettre en question, de se repositionner. Entreprendre cela ne peut se faire sans pouvoir détecter ses propres limites, les reconnaitre, les respecter. Une entreprise qui n’est guère aisée tant notre mental peut nous jouer des tours. En effet, la recherche dans le domaine de la psychologie a déjà mis en lumière que l’être humain, vous et moi, pouvons être sujet à un ensemble de biais qui nous jouent des tours. Ces biais peuvent donc affecter plus ou moins grandement notre jugement, notre raisonnement, la perception que nous avons de nos sensations corporelles, de nous-même. Ils colorent ainsi la compréhension que nous avons de ce qui se passe en nous, mais aussi entre nous et les autres, ainsi que ce qui se passe chez les autres.

Toutefois, s’il est impossible de se séparer de notre mental puisqu’il fait partie de notre condition humaine, il est cependant bon de se rappeler que dans « être humain », il y a aussi le mot « être ». Ce quelque chose qui échappe au mental, qui ramène à l’essence de chacun, qui fait l’unicité et la singularité de chaque individu. Ma conviction actuelle est que l’humain peut ressentir un bien-être profond, une paix intérieure, lorsqu’il arrive à reconnaître et à se relier à son « être », la seconde dimension de sa condition d’être humain. C’est pourquoi quel que soient notre âge et notre parcours de vie, vouloir aller vers « soi » est une belle démarche humaine. Il s’agit là d’un cheminement personnel qui peut être riche d’apprentissages et de découvertes. Du moins s’il est parcouru dans des bonnes conditions puisque ce parcours doit se faire avec à un mental omniprésent, dont le fonctionnement est guidé par des automatismes et des apprentissages profondément ancrés. Pour autant,  il n’est pas question de lâcher complètement et de jeter tous azimuts l’intégralité de ces apprentissages. Il s’agit plutôt de retrouver un peu de discernement, son discernement, d’avoir l’opportunité de faire la part des choses, de trouver ou retrouver ce qui nous anime au plus profond, à certains moments de notre vie. Une démarche que nous pouvons vouloir entreprendre seul ou accompagné à certains moments, car ce que nous sommes évolue avec chacun, évolue avec la vie.

Ma philosophie professionnelle est donc celle d’une approche de l’individu, humaniste, essentialiste, qui permet d’aller à la rencontre de soi pour mieux aller à la rencontre des autres. Il s’agit de permettre à toute personne d’aller vers ce qui constitue son essentiel, en lui proposant de se reconnecter avec elle-même, tant à travers ses sensations physiques, ses pensées, ses émotions. Le tout dans un cadre où les principales valeurs sont : le respect de la différence, la bienveillance, le non jugement, sans oublier la discrétion et la confidentialité. C’est cette prise de conscience que je pense être au cœur d’un humain capable du meilleur et vers laquelle je vous propose de cheminer.